EuroDefense-UK (Reino Unido) sugere leitura de texto de Cameron. EuroDefense-FR (França) reflecte sobre o «Brexit»

sem-imagem-400-200

Publicamos aqui uma mensagem do EuroDefense do Reino Unido, produzida após o recente referendo, e em consonância com as posições partidárias de David Cameron, com sugestão de leitura de um texto do ainda Chefe do Governo britânico. Este apelo, de cariz marcadamente partidário, ligado em particular a uma das facções do Partido Conservador britânico, não compromete o EuroDefense-Portugal. Publicamos, igualmente, reflexões do EuroDefense de França sobre o «Brexit».

 

1- Colleagues,

What follows in this email is a message from our Prime Minister to a number of people who have supported him and the ‘IN’ vote.  I am one of them.

However a catastrophe has occurred and we must just sit it out and make the most of the sad times, which will now affect our country.

I would have no worries, if you were to pass the Cameron message on to all other EuroDéfense members.

In sorrow and with very best wishes,

Andrew

A.S.Douglas-Bate.

From: David Cameron [mailto:bulletin@mail.conservatives.com]

 

Este é o texto de David Cameron, que chegou ao EuroDefense-Portugal através do EuroDefense-UK:

Dear Andrew,

The country has just taken part in a giant democratic exercise, perhaps the biggest in our history. Over 33 million people from England, Scotland, Wales, Northern Ireland and Gibraltar, have all had their say. We should be proud of the fact that in these islands, we trust the people with these big decisions. We not only have a parliamentary democracy but on questions about the arrangements for how we are governed, there are times when it is right to ask the people themselves, and that is what we have done. We not only have a parliamentary democracy but on questions about the arrangements for how we are governed, there are times when it is right to ask the people themselves, and that is what we have done.

The British people have voted to leave the European Union and their will must be respected. I want to thank everyone who took part in the campaign on my side of the argument, including all those who put aside party differences to speak in what they believed was the national interest. And let me congratulate all those who took part in the Leave campaign for the spirited and passionate case that they made. The will of the British people is an instruction that must be delivered. It was not a decision that was taken lightly, not least because so many things were said by so many different organisations about the significance of this decision so there can be no doubt about the result. Across the world, people have been watching the choice that Britain has made.

I would reassure those markets and investors that Britain’s economy is fundamentally strong and I would also reassure Brits living in European countries and European citizens living here that they will be no immediate changes in your circumstances. There will be no initial change in the way our people can travel, in the way our goods can move or the way our services can be sold. We must now prepare for a negotiation with the European Union. This will need to involve a full engagement of the Scottish, Welsh and Northern Ireland governments to ensure that the interests of all parts of our UK are protected and advanced. But above all, this will require strong, determined and committed leadership.

I am very proud and honoured to have been Prime Minister of this country for six years. I believe we have made great steps, with more people in work than ever before in our history, with reforms to welfare and education, increasing people’s life chances, building a bigger and stronger society, keeping our promises to the poorest people in the world and enabling those who love each other to get married whatever their sexuality. But above all restoring Britain’s economic strength. And I’m grateful to everyone who has helped to make that happen. I’ve also always believed that we have to confront big decisions, not duck them. That is why we delivered the first Coalition Government in 70 years, to bring our economy back from the brink. It’s why we delivered a fair, legal and decisive referendum in Scotland and it’s why I made the pledge to renegotiate Britain’s position in the European Union and hold a referendum on our membership and have carried those things out.

I fought this campaign in the only way I know how, which is to say directly and passionately what I think and feel, head, heart and soul. I held nothing back. I was absolutely clear about my belief that Britain is stronger, safer and better off inside the European Union. And I made clear the referendum was about this and this alone. Not the future of any single politician, including myself. But the British people have made a very clear decision to take a different path. And as such I think the country requires a fresh leadership, to take it in this direction.

I will do everything I can as Prime Minister to steady the ship over the coming weeks and months, but I do not think it would be right for me to try to be the captain that steers our country to its next destination. This is not a decision I have taken lightly. But I do believe it’s in the national interest to have a period of stability and then the new leadership required. There is no need for a precise timetable today, but in my view we should aim to have a new Prime Minister in place by the start of the Conservative Party conference in October. Delivering stability will be important and I will continue in post is Prime Minister, with my Cabinet, for the next three months.

The Cabinet will meet on Monday, the governor of the Bank of England is making a statement about the steps that the Bank and Treasury are taking to reassure financial markets. We will also continue taking forward the important legislation that we set before Parliament in the Queen’s speech. I have spoken to Her Majesty the Queen this morning and advised of the steps I am taking. Negotiation with the European Union will need to begin under a new Prime Minister and I think it is right that this new Prime Minister takes the decision about when to trigger Article 50 and start the formal and legal process of leaving the EU. I will attend the European Council next week to explain the decision the British people had taken and my own decision. The British people have made a choice. That not only needs to be respected, but those on the losing side of the argument, myself included, should help to make it work.

Britain is a special country. We have so many great advantages. A parliamentary democracy where we resolve issues about our future through peaceful debate. A great trading nation with our science and arts, our engineering and creativity, respected the world over. And while we are not perfect I do believe we can be a model of a multiracial, multi-faith democracy where people can come and make a contribution and rise to the very highest that their talent allows. Although leaving Europe was not the path I recommended, I’m the first to praise our incredible strengths. I said before that Britain can survive outside the European Union and indeed that we could find a way. Now the decision has been made to leave, we need to find the best way. And I will do everything I can to help. I love this country, and I feel honoured to have served it. And I will do everything I can in future to help this great country succeed.

Thank you very much,

David Cameron

 

 

 

2 – A Associação EuroDefense francesa (ED-Fr) divulgou também sua posição face ao «Brexit». Com saída, ou não, da União Europeia.

Communiqué de l’association après le vote britannique du 23 juin

EN CAS DE BREXIT

L’association EuroDéfense-France (ED-Fr) prend acte du vote des électeurs britanniques en faveur de la sortie de l’UE. Ce résultat marque la perte de confiance d’une majorité de citoyens britanniques dans le projet européen et leur réticence à considérer l’UE comme un projet politique, préférant en rester à celui d’un grand marché.

ED-Fr regrette le départ d’un grand pays membre, qui constitue un choc politique et psychologique pour l’Europe  qu’il ne faut pas minorer. Cependant, il faut en évaluer les conséquences avec réalisme. La sortie de l’UE du Royaume Uni entame la crédibilité du projet européen en en réduisant la surface géographique et les données statistiques, mais elle peut aussi libérer la construction d’une Europe plus intégrée, plus politique, et donc plus puissante, en particulier autour de la zone Euro. Et cette Europe là sera un partenaire incontournable du Royaume Uni. Sans oublier que les négociations inévitables et complexes qui vont s’engager ont pour origine une initiative britannique, ED-Fr considère qu’il convient d’aborder la nouvelle coopération entre l’Union Européenne et le Royaume Uni dans un esprit gagnant-gagnant, en respectant les intérêts de chacun et en ménageant l’avenir, autant qu’il est possible.

S’agissant des conséquences de ce retrait sur la défense européenne, celles-ci doivent être appréciées avec mesure ; le Royaume Uni reste un pays européen qui ne saurait se désintéresser de la défense et de la sécurité de l’Europe. Ses capacités militaires continueront d’être comptabilisées avec celles de l’Otan qui demeure pour ses membres l’organisation en charge de la défense collective. Ses accords bilatéraux avec des pays européens, au premier rang desquels la France, ne devraient pas en être affectés. Quant à la contribution du Royaume Uni à l’Europe de la défense (ce qui est fait au sein de l’UE), force est de constater que, bien qu’importante dans les états-majors et au plan diplomatique, elle a toujours été minimale sur le terrain et qu’en outre le Royaume Uni a toujours été réticent à la constitution d’une capacité militaire européenne autonome.

ED-Fr propose de sortir de cette crise « par le haut » et demande qu’une initiative forte soit prise par l’UE et ses Etats-membres dans le sens de l’approfondissement politique de l’Union. Il apparaît depuis déjà plusieurs années que l’un des domaines d’approfondissement les plus nécessaires est celui de la défense, alors que l’Europe est de plus en plus menacée par les crises dans son voisinage.

ED-Fr estime en particulier qu’il est temps de donner corps au projet de coopération structurée permanente inscrit dans le traité de Lisbonne. Sa finalité doit être de faire de l’Europe un multiplicateur de puissance pour les Etats qui acceptent de mieux mutualiser et intégrer leurs forces. Une Union Européenne plus forte sera plus capable d’agir de façon autonome ou au côté de ses alliés pour défendre ses valeurs et ses intérêts.

Par ailleurs, il est indispensable que l’analyse des besoins de défense soit faite au niveau européen en considérant l’UE comme un tout dans lequel les intérêts des nations sont servis par une approche européenne globale et solidaire, via l’élaboration d’un véritable Livre Blanc européen. Seule cette approche permettra de sortir de l’impuissance causée par l’hétérogénéité des politiques nationales et de faire de l’UE un véritable multiplicateur de puissance.

Pour combler les lacunes les plus urgentes, figurent d’abord l’amélioration du partage du renseignement et la création dans les mois qui viennent d’un système central et permanent de planification des opérations civiles et militaires de l’UE, donnant aux Européens des capacités de décision et d’action autonome pour intervenir partout où leurs intérêts de sécurité sont engagés. Ce dispositif gagnera à être progressivement renforcé par des capacités de commandement et de contrôle des opérations.

Ce cadre européen de cohérence devrait permettre aux Etats de définir leurs politiques nationales dans un esprit solidaire et complémentaire.

Cela vaut aussi pour le domaine de l’armement où la volonté d’autonomie européenne devrait se concrétiser par une capacité de financement de la Recherche & Développement sur fonds européens complémentaire des financements des Etats. Cette nouvelle disposition, s’appuyant sur une légitime préférence européenne, constituerait le premier jalon vers l’établissement d’une Base Industrielle et Technologique de Défense Européenne autonome et compétitive et créerait sans doute un intérêt supplémentaire côté britannique pour coopérer avec l’UE.

En ce qui concerne le réseau des associations EURODEFENSE, ED-Fr souhaite vivement que les liens créés avec l’association ED-UK soient maintenus, afin de permettre à nos amis britanniques de continuer à militer pour que leurs concitoyens reprennent mieux conscience de l’unité de destin de l’ensemble des Européens et acceptent peu à peu l’idée que, quoiqu’il arrive, comme le disait avec humour un membre fondateur d’ED-UK, « l’Océan atlantique restera toujours plus large que la Manche ».

EN CAS DE NON-BREXIT

L’association EuroDéfense-France (ED-Fr) se réjouit que les électeurs britanniques se soient prononcés en faveur du maintien de leur pays dans l’UE. Ce résultat vient démontrer à tous les eurosceptiques que c’est le sentiment d’appartenance à l’Europe et de communauté de destin avec les Européens qui l’a emporté sur le repli nationaliste.

ED-Fr souhaite cependant que ce résultat ne soit ni l’occasion, ni le prétexte d’un statu quo ou d’une réduction des ambitions du projet européen. Si des dysfonctionnements méritent d’être corrigés dans le fonctionnement de notre Union, l’objectif doit être de la renforcer et non de l’affaiblir. Le vote du 23 juin 2016 montre que le Royaume-Uni se range finalement au côté des autres pays membres et renouvelle, de la façon la plus démocratique qui soit, son adhésion aux traités dans leur intégralité. Le message qui en ressort est clair : le projet d’une Europe plus politique doit être poursuivi tout en respectant les sensibilités nationales.

Le référendum britannique donne le signal que le temps d’une Union Européenne inclusive mais « à géométrie variable » est venu. Celle-ci existe déjà dans le domaine monétaire et financier avec les pays intégrés dans la zone euro et les autres. Ce modèle peut et doit être étendu à d’autres domaines et en particulier à celui de la défense. Pour saisir cette opportunité de redynamiser le projet de défense européenne et concrétiser ce nouvel élan, ED-Fr souhaite que soit lancée une forte initiative dans le sens de l’approfondissement de l’Union.

ED-Fr estime en particulier qu’il est temps de donner corps au projet de coopération structurée permanente inscrit dans le traité de Lisbonne. Sa finalité doit être de faire de l’Europe un multiplicateur de puissance pour les Etats qui acceptent de mieux mutualiser et intégrer leurs forces. Une Union Européenne plus forte sera plus capable d’agir de façon autonome ou au côté de ses alliés pour défendre ses valeurs et ses intérêts. Le Royaume Uni peut évidemment prendre une place importante dans ce projet.

Par ailleurs, il est indispensable que l’analyse des besoins de défense soit faite au niveau européen en considérant l’UE comme un tout dans lequel les intérêts des nations sont servis par une approche européenne globale et solidaire, via l’élaboration d’un véritable Livre Blanc européen. Seule cette approche permettra de sortir de l’impuissance causée par l’hétérogénéité des politiques nationales et de faire de l’UE un véritable multiplicateur de puissance.

Pour combler les lacunes les plus urgentes, figurent d’abord l’amélioration du partage du renseignement et la création dans les mois qui viennent d’un système central et permanent de planification des opérations civiles et militaires de l’UE, donnant aux Européens des capacités de décision et d’action autonome pour intervenir partout où leurs intérêts de sécurité sont engagés. Ce dispositif gagnera à être progressivement renforcé par des capacités de commandement et de contrôle des opérations.

Ce cadre européen de cohérence devrait permettre aux Etats de définir leurs politiques nationales dans un esprit solidaire et complémentaire.

Cela vaut aussi pour le domaine de l’armement où la volonté d’autonomie européenne devrait se concrétiser par une capacité de financement de la Recherche & Développement sur fonds européens complémentaire des financements des Etats. Cette nouvelle disposition, s’appuyant sur une légitime préférence européenne, constituerait le premier jalon vers l’établissement d’une Base Industrielle et Technologique de Défense Européenne autonome et compétitive.

EuroDéfense-France se félicite de voir l’association EuroDéfense-Royaume Uni conserver toute sa place au sein du réseau des associations EURODEFENSE. Ainsi, nos amis britanniques pourront continuer à militer pour une défense européenne plus dynamique et efficace et poursuivre leur engagement pour une meilleure information des citoyens britanniques sur l’intérêt et la pertinence d’une Politique Européenne de Sécurité et de Défense efficace.

Eurodéfense-France ; juin 2016